Assurance maladie : les régimes AMO enfin en équilibre

Les trois régimes de l’Assurance maladie obligatoire ont tous fini l’année 2019 avec des soldes excédentaires. Même l’AMO- CNOPS, jusque-là à la traîne, est passé au vert avec un excédent spectaculaire de 148,7 millions de DH en l’espace d’une année.

L’Assurance maladie obligatoire (AMO) entre enfin dans le cercle vertueux des comptes excédentaires ! Les trois régimes qui le composent ont, en effet, tous fini l’année 2019 avec des soldes positifs. C’est ce qu’a révélé l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) dans son rapport sur la prévoyance sociale en 2019. Même l’AMO- CNOPS (Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale), c’est à dire celle du secteur public, qui était jusque-là déficitaire, est passé au vert avec un excédent spectaculaire de 148,7 millions de DH (MDH), ceci après un déficit de 2,8 MDH en 2018. Selon l’ACAPS, ce résultat a été rendu possible grâce à la hausse du nombre des assurés actifs du régime AMO-CNOPS. Ce ratio a, en effet, enregistré une progression de 2,9 % par rapport à 2018, ce qui a permis de porter la part des bénéficiaires de l’AMO-CNOPS à 30,7% de l’effectif total des assurés qui a atteint 4,5 millions de personnes en 2019, contre 67,1% pour l’AMO-CNSS (Caisse nationale de sécurité sociale) et 2,3 % pour l’AMO-Étudiants.

Grâce à cette dynamique, les ressources des régimes AMO ont atteint 18,3 Milliards de DH (MMDH) en 2019, contre 14,3 MMDH de dépenses, ce qui fait ressortir, pour la première fois depuis l’instauration de l’AMO à travers la loi 65-00 en août 2005, un solde technique excédentaire de 4 MMDH. Un excédent qui offre de nouvelles perspectives plus sereines puisqu’il va enfin dans le sens de la garantie de viabilité de ces régimes longtemps souhaité par les autorités publiques qui ont mis en place ce système. Selon l’ACAPS, les ressources ont enregistré une progression de 4,6% par rapport à 2018 et cette progression incombe principalement à l’AMO-CNSS dont les ressources ont enregistré une hausse de 7,2% entre les deux exercices pour atteindre 12,2 MMDH, soit 66,3% des ressources totales. Cette hausse des ressources de l’AMO-CNSS est notamment expliquée par la hausse des cotisations du régime de 8% par rapport à 2018. Les ressources du régime AMO-Etudiant se sont-elles aussi inscrites dans le même trend haussier. Elles ont même enregistré une forte hausse en 2019, en passant de 19,7 MDH en 2018 à 64,9 MDH en 2019. Une situation que l’ACAPS explique par la hausse des cotisations du régime de 254,1% suite à l’importante augmentation du nombre des affiliés du régime entre les deux exercices. Pour leur part les ressources de l’AMO-CNOPS n’ont atteint que 6,1 MMDH, malgré la hausse du nombre d’actifs. À signaler que 73,1% des ressources sont constituées de cotisations et contributions, qui ont atteint 13,4 MMDH et ont connu une hausse de 7,9% par rapport à 2018. Par régime, les cotisations et contributions se sont élevées à 7,9 MMDH pour l’AMO-CNSS, 5,5 MMDH pour l’AMO-CNOPS et 62,3 MDH pour le régime dédié aux étudiants.

…Contre 14,3 milliards de dépenses
Du côté des dépenses des régimes de l’AMO, elles ont totalisé un montant de 14,3 MMDH, en hausse de 4,2% par rapport à 2018. Celles du régime AMO-CNSS et ont représenté 57,6% des dépenses du secteur contre 42,3% pour l’AMO-CNOPS avec un montant de 6 MMDH. Dans le même temps, les dépenses de l’AMO-Etudiants à 14,5 MDH en hausse de 11,1% par rapport à 2018. Les prestations et frais des régimes AMO ont totalisé un montant de 9,8 MMDH en 2019 dont 96,1% de prestations et frais payés avec un montant de 9,4 MMDH. Ces derniers ont enregistré une progression annuelle moyenne de 9,4% sur la période 2015-2019. Ces prestations et frais ont représenté 68,5% des dépenses consolidées des régimes AMO. Ceux du régime AMO-CNOPS ont représenté 87,9% contre une part de 54,4% pour l’AMO-CNSS. Selon l’ACAPS, cette différence s’explique par l’importance des charges d’exploitation et des charges non courantes de l’AMO-CNSS qui ont atteint respectivement 1,9 et 1,8 MMDH en 2019. 

Les sociétés mutualistes s’en sortent aussi

Concernant les sociétés mutualistes, l’ACAPS a fourni des données de 2018. Pourtant, ces dernières totalisent 3 millions de bénéficiaires dont 287.900 au titre d’une couverture de base. Ceci étant, il en ressort que les ressources des sociétés mutualistes se sont établies à 2,6 MMDH en 2018 dont 2,1 MMDH de cotisations et contributions. Ces dernières sont de l’ordre de 921,7 MDH au titre de la couverture médicale de base, de 633,5 MDH pour la couverture médicale complémentaire et de 592,7 MDH pour les risques couverts dans le cadre des caisses autonomes. En 2018, les dépenses se sont elles élevées à 2,3 MMDH. Elles sont constituées à hauteur de 68% de prestations et frais payés avec un montant de 1,6 MMDH. Quant aux prestations maladie, elles ont atteint 1 MMDH dont 648,8 MDH au titre de la couverture de base et 364,9 MDH pour les prestations maladie
complémentaires. Les prestations supportées par les caisses autonomes ont de leur part atteint 557,4 MDH.

Source : Leseco