Actualité médicale


Le pass vaccinal devient obsolète si le délai d'injection de la 3e dose est dépassé

20/10/2021

Le pass vaccinal est considéré comme obsolète dans le cas où le délai d'inoculation de la troisième dose, fixé à 6 mois après la deuxième injection du vaccin anti-covid19, est dépassé, a informé le ministre de la Santé et de la Protection Sociale, Khalid Ait Taleb.

Le pass vaccinal est un document sanitaire mais aussi une disposition qui intègre l'arsenal des mesures préventives contre la pandémie de nouveau coronavirus, a indiqué M. Ait Taleb, en expliquant que "tous les espaces auxquels les citoyens peuvent accéder, comme les commerces, les administrations et les espaces publics, doivent être protégés contre le risque d'apparition de foyers épidémiques". 

Aussi, face à l'émergence de plusieurs formats de pass vaccinaux, le ministre a rappelé que deux modèles de ce document sont disponibles sur le portail électronique dédié : celui portable sur smartphone et celui imprimable. La condition à respecter est celle d'observer les dimensions du QR code pour qu'il puisse être déchiffré facilement.

Certes, une amélioration est constatée au niveau de la situation épidémiologique au Royaume, mais cette situation connaît parallèlement une détérioration à l'échelle mondiale. "On sait que le Maroc a des liens avec les pays du voisinage, et nous avons appris par expérience que nous devons agir par anticipation", a dit le ministre en précisant que toute mesure préventive prise en retard risque de ne pas avoir l'impact voulu, surtout que ses effets ne seront ressentis qu'après quatre semaines de son application.

De plus, l'intervalle entre les vagues épidémiques se rétrécit, et chaque nouvelle vague engendre plus de contaminations que la précédente, a averti le ministre, en rajoutant qu'il faut "garder un équilibre" entre le durcissement des mesures préventives et  la préservation de l'activité économique.

Par rapport au déroulement de la campagne nationale de vaccination, M. Ait Taleb a souligné que le Maroc est dans un rang "très avancé" à l'échelle mondiale. Plus de 23 millions de personnes, soit 78% de la population cible (plus de 12 ans), ont reçu au moins une dose de vaccin anti-covid-19, informe le ministre. "Nous sommes proches d'atteindre l'immunité collective au niveau national. Cependant, est-ce suffisant? Le Maroc n'est pas isolé du reste du monde, et on observe une inégalité dans la répartition des vaccins sur le plan international", a-t-il expliqué, en invitant, en conclusion de son intervention, les citoyens qui n'ont pas encore été vaccinés à adhérer à la campagne nationale de vaccination pour "se protéger et protéger leur proches".

Source

Lire l'article

Etude : Un rappel de Moderna ou Pfizer marche mieux chez ceux vaccinés avec Johnson & Johnson

18/10/2021

Les personnes ayant reçu le vaccin contre le Covid-19 de Johnson & Johnson pourraient avoir intérêt à recevoir une dose de rappel d'un vaccin différent, à ARN messager, selon les résultats préliminaires d'une étude américaine publiée mercredi.

Cette étude, financée par les Instituts nationaux de santé (NIH), était très attendue aux Etats-Unis car elle porte sur la possibilité de "mélanger" les vaccins -- c'est-à-dire d'utiliser un vaccin différent pour la dose de rappel que pour la série initiale -- ce qui n'est pas autorisé pour le moment dans le pays.

L'étude a été menée sur 458 adultes vaccinés avec l'un des trois remèdes autorisés aux Etats-Unis (Pfizer, Moderna ou Johnson & Johnson), depuis au moins 12 semaines.

Ces trois groupes ont chacun été divisés en trois nouveaux groupes, pour recevoir respectivement l'un des trois vaccins disponibles en dose de rappel. Les neuf groupes au total comportaient donc environ 50 personnes chacun. Les chercheurs ont ensuite analysé les niveaux d'anticorps 15 jours après l'injection de la dose de rappel.

Chez les personnes d'abord vaccinées avec Johnson & Johnson, les niveaux d'anticorps étaient multipliés par 4 après une dose de rappel du même vaccin, par 35 après un rappel de Pfizer, et par 76 après un rappel de Moderna.

Et les niveaux d'anticorps des personnes d'abord vaccinées avec Moderna étaient chaque fois plus élevés par rapport aux personnes d'abord vaccinées avec Pfizer ou Johnson & Johnson, et ce "indépendamment du vaccin administré pour la dose de rappel", note l'étude.

Par ailleurs, "aucun problème de sécurité n'a été identifié" après l'administration des rappels, est-il précisé.

L'étude, qui n'a pas été encore approuvée par des pairs, présente toutefois plusieurs limites. D'abord, le dosage du rappel de Moderna administré était de 100 microgrammes, soit le double de ce que l'entreprise envisage en réalité pour sa dose de rappel.

De plus, le nombre de participants était réduit, et la réaction immunitaire pourrait évoluer avec le temps, au-delà des 15 jours observés ici.

Source

Lire l'article

SM le Roi nomme Khalid Ait Taleb ministre de la Santé à la place de Nabila Rmili

15/10/2021

Conformément à l'article 47 de la Constitution et sur proposition du chef du gouvernement, SM le Roi a nommé Khalid Ait Taleb ministre de la Santé et de la Protection sociale en remplacement de Nabila Rmili.

Voici un communiqué du Cabinet Royal:

"Conformément aux dispositions de l'article 47 de la Constitution, et sur proposition du Chef du Gouvernement, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a bien voulu nommer M. Khalid Aït Taleb en tant que ministre de la Santé et de la Protection sociale, en remplacement de Madame Nabila Rmili.

Cette nomination intervient conformément aux dispositions constitutionnelles, et après la soumission à la Haute Appréciation Royale de la proposition du Chef du Gouvernement, visant à mettre fin aux fonctions gouvernementales de Mme Rmili qui a sollicité de se consacrer pleinement à ses fonctions de Présidente du Conseil de la ville de Casablanca. Et ce, après qu'elle se soit rendu compte de la charge du travail de cette mission représentative, et du suivi continu des affaires de ses habitants et des chantiers ouverts dans cette grande métropole, ce qui était de nature à impacter les multiples engagements et le suivi quotidien que nécessite le secteur de la santé, surtout en cette période de pandémie.

Sa Majesté le Roi, que Dieu Le préserve, a bien voulu donner Son Approbation à la proposition du Chef du Gouvernement de nommer M. Aït Taleb, afin de poursuivre les chantiers ouverts et les défis urgents du Secteur de la santé, dont en premier chef la poursuite de la gestion du volet sanitaire de la pandémie du Covid 19 et le bon déroulement de la Campagne nationale de vaccination".

Source

Lire l'article

Un nouveau traitement capable de détruire les tumeurs même en phase terminale de cancer

14/10/2021

Des chercheurs de l’Institute of Cancer Research (ICR) et de la Royal Marsden NHS Foundation Trust de Londres, au Royaume-Uni, ont découvert un nouveau traitement plus efficace et a moins d'effets secondaires par rapport au chimiothérapie.

Ce traitement est une combinaison de deux médicaments d'immunothérapie nivolumab et ipilimumab, ce qui entraine une réduction de la taille des tumeurs de patients en phase terminale de certains cancers notamment celui du cerveau et de la gorge. Dans certains cas, les tumeurs ont complétement disparu et les patients se sont rétablis.

Ces résultats sont très prometteurs, le traitement standard proposé à de nombreux patients atteints de cancer dans un stade avancé. "Les immunothérapies sont des traitements plus doux et plus intelligents qui peuvent apporter des avantages significatifs aux patients", a expliqué à The Guardian le professeur Kristian Helin, directeur général de l'ICR.

A noter que dans le cadre de cet essai, les données de près de 1000 patients atteints de cancer du cerveau et de la gorge ont été analysées. Des résultats similaires ont aussi été observés chez des patients en phase terminale du cancer des reins, de la peau et des intestins, précise-t-on de même source.

Lire l'article



Nos partenaires